L'Affaire Jagdeo
Correspondance avec Mr Rawat




Susan et une autre victime ont été violentées à Miami en 1977 par Jagdeo.

Le document qui suit, est une lettre que Susan a envoyée à Prempal Singh Rawat (Maharaji) et qui lui a été remise par l'intermédiaire de Michael Dettmers. Susan a écrit cette lettre en réponse à la FAQ du site d'Elan Vital, où il était fait allusion à l'affaire Jagdeo, et qui a été heureusement supprimée depuis. Michael a pu faire parvenir une lettre à Rawat, accompagnant la lettre de Susan. Voici donc la reproduction des lettres de Michael et de Susan, un compte-rendu de la réponse d'EV, ainsi que les courriers d'EV. On remarquera l'absence de réponse, d'explication ou d'excuses de Prempal Singh Rawat lui-même.

Lorsqu'Elan Vital a été forcé à répondre publiquement aux accusations formulées par Susan et Abi, ils ont fait les "innocents", affirmant qu'ils ne connaissaient pas les noms des victimes, et qu'il n'avaient jamais été informés par les victimes.

Et ceci en dépit du fait que les agissements de Jagdeo avaient été rapportés au moins trois fois à des responsables, et que les récits d'Abi et de Susan avaient été publiés sur des sites Internet que les avocats de la secte avaient tenté de faire fermer.



Messages reçus sur le forum anglophone

Ma lettre à Rawat et la réponse d'Elan Vital

Expéditeur: Susan

Le 9 Novembre 2000

Chers tous,

J'ai cessé d'écrire sur le forum car j'étais occupée à répondre à la FAQ d'Elan Vital à propos de Jagdeo. La question était "Elan Vital a-t-il couvert de prétendus comportements abusifs passés ?" Maintenant que j'ai reçu une réponse officielle d'EV, voici mon rapport sur ce que j'ai entrepris.

Après avoir beaucoup réfléchi à la meilleure manière de répondre à la FAQ d'EV, j'ai décidé d'écrire une lettre à Rawat, et de faire en sorte que je sois sûre qu'elle lui soit remise personnellement. J'ai pu le faire grâce à l'aide de Michael Dettmers. Bien que Michael n'était pas certain de réussir à la faire remettre directement à Rawat puisqu'il n'avait eu aucun contact avec Rawat depuis plus d'une décade, il m'avait promis d'utiliser toute "l'influence résiduelle" qu'il pouvait encore avoir pour s'assurer que ma lettre soit remise à Rawat en mains propres, par l'intermédiaire d'une personne qui était en contact direct avec lui. A cette fin, Michael a mis ma lettre à l'intérieur d'une lettre qu'il a lui-même écrite à Rawat. Lorsque Rawat a reçu cette lettre, il ne connaissait pas le sujet du mot de Michael, et il ne savait pas que cette lettre contenait la mienne. Etant donné la réponse d'EV qui a suivi, je suis sûre que Rawat a reçu ma lettre. Ce qui suit, c'est la reproduction de nos lettres, et les réponses d'EV.

Ma lettre à Rawat (j'ai coupé certains passages de la lettre originale afin de respecter l'anonymat d'une autre victime)

Le 19 Juillet 2000

Cher Mr Rawat,

Je m'appelle Susan Haupt. Je suis celle qui se fait appeler "Susan", et qui a rendu publique son expérience avec Jagdeo lorsqu'elle était adolescente, sur le site Internet "Ex-premie".

Je vous écris en réponse aux affirmations faites sur votre site Elan Vital, dans une nouvelle section appelée FAQ (questions fréquemment posées). En réponse à la question "Elan Vital a-t-il couvert de prétendus comportements abusifs passés ?", vous dites "Nous sommes conscients que des sites d'opposition font des allégations à propos d'un individu et de prétendus faits datant d'il y a 25 ans. Ce type de comportement, s'il est avéré, est complètement inacceptable pour Elan Vital, et nous serions aussi consternés que n'importe qui d'autre s'il était découvert que c'est vrai. Les seules informations que nous avons sont celles qui ont été mises sur ces sites. Nous avons pu entrer en contact avec deux personnes ayant fait ces allégations, nous leur avons demandé de nous aider à éclairer ce qui s'est passé, mais ils n'ont pas coopéré jusqu'à présent. Elan Vital n'a actuellement reçu aucune information directe de la part d'aucune des prétendues victimes, et aucune plainte n'a été enregistrée auprès d'Elan Vital ni auprès d'aucune autorité".

Mr Rawat, je vous garantis que j'ai déjà rapporté ce qui m'est arrivé, et ce que je savais de Jagdeo, par deux fois dans le passé. La première fois à Randy Prouty, et la seconde à Judy Osborne qui prétendent tous deux n'avoir "aucun souvenir" des conversations que nous avons eues. Il est donc naturel que je ressente un affront lorsque vous dites que je ne veux pas me présenter pour me plaindre, et que je n'ai pas confiance dans le fait qu'Elan Vital souhaite sérieusement enquêter sur cette affaire. Mais je suis aussi très soucieuse du fait qu'en dépit de son âge avancé, Jagdeo puisse encore molester des enfants, et si ce troisième rapport peut vous permettre de l'arrêter enfin, le voici.

J'ai maintenant 38 ans, je suis heureusement mariée et mère de trois enfants, mais en 1977 j'étais une premie de 15 ans qui vivait à Miami. J'avais été très impliquée dans la Divine Light Mission pendant les deux années précédentes, et j'avais reçu la connaissance de Mahatma Jagdeo en janvier 1975. J'étais très sincère dans mon engagement envers “Guru Maharaj Ji”, et je croyais à chaque mot lorsque je chantais arti. Je faisais aussi la queue avec les autres premies pour recevoir darshan. Je croyais faire partie du plus grand des miracles, celui de l'incarnation sur terre du maître parfait qui va apporter la Connaissance et la paix à l'humanité.

Je souligne ceci maintenant, parce que si je n'avais pas cru en ceci, j'aurais sans doute réagi autrement à ce que je savais de Jagdeo. La façon dont j'ai réagi à ce qui s'est passé est une chose que je regrette énormément. Pour comprendre ce qui s'est passé, et comment ca s'est passé, il faut commencer par se rappeler les croyances courantes des premies à cette époque. Ce sont des croyances dont vous étiez évidemment bien conscient, et que vous encouragiez. J'allais au satsang tous les soirs, je méditais matin et soir, et j'assistais à tous les festivals où je pouvais me rendre. Je croyais que vous étiez le maître parfait, le pouvoir supérieur en personne, mon Seigneur, mon satgourou. Je croyais que vous étiez un personnage bienveillant, bon et messianique.

En 1977 donc, j'avais 15 ans, et lorsque Jagdeo est revenu à Miami, j'étais très enthousiaste, car parce qu'il avait été mon initiateur, il m'était spécial. Il semblait aussi être particulièrement attiré par les enfants. Lors de ma session de connaissance, plusieurs jeunes filles étaient assises à ses pieds, avec des fleurs dans les cheveux. Dans la DLM à cette époque, les Mahatmas étaient traités avec grand respect, et c'était sans aucun doute un grand honneur pour ces filles que d'être assises face à la foule, aux pieds de Mahatma Ji. Tout le monde savait qu'il semblait aimer les enfants. En 1977, j'avais 15 ans, et il m'a invitée ainsi que (coupé pour respecter l'anonymat de cette personne) à la piscine "Venetian pool" de Coral Gables. Je me sentais très honorée. Un frère de l'ashram (dont je ne me souviens plus du nom) nous y a conduites. Alors que nous étions dans le bassin de la piscine, Jagdeo est venu se frotter contre moi encore et encore. Il le faisait surtout dans les espèces de cavernes de la piscine. Mais je n'y ai pas fait trop attention, pensant que c'était accidentel.

Lorsque nous sommes retournés à l'ashram, (coupé pour respecter l'anonymat de cette personne) et moi sommes restées tout le temps seules avec lui pour la première fois. Il a commencé à chanter, et à crier beaucoup de “Bhole Shri Satguru Dev Maharaj Ki Jai”. Nous chantions et criions avec lui. Après chaque chant et chaque cri, il nous prenait dans ses bras. Au début, ca ressemblait à des expressions de notre joie d'être premies, et du fait que Guru Maharaj Ji, le maître parfait vivant, était présent, et que nous étions ses dévots. Mais ces embrassades ont évolué vers quelque chose d'autre. A chaque fois qu'il nous serrait, ses mains se retrouvaient sur nos seins ou nos fesses. J'essayais de me dégager de ses étreintes, sans trop lui manquer de respect. Je n'arrivais pas à croire à ce qui se passait. Je me demandais si je comprenais bien la situation. Je me disais qu'en Inde peut-être les gens ne savaient pas qu'il ne fallait pas toucher ces endroits, je me disais que Mahatma Ji était peut-être si pur qu'il ne le savait pas. Mais il tremblait à chaque fois qu'il nous touchait.

(Coupé aussi pour respecter l'anonymat de cette personne, mais cette partie de la lettre montre très clairement que j'ai connaissance de faits encore pires que ce qui m'est arrivé) m'a également dit que les autres filles de la session de connaissance avaient aussi fait l'expérience d'abus sexuels de sa part à des degrés divers, qu'elles refusaient de s'approcher de lui, et qu'elles le traitaient de "vilain".

J'étais très fâchée de tout ca, et je savais que ca n'allait pas s'arrêter. Mais j'étais aussi sûre de ce qu'il fallait faire pour y mettre fin. Il fallait que Guru Maharaj Ji le sache. Je n'avais même pas envisagé d'en parler à ma mère, une non-premie, ni à la police. Non seulement je ne voulais pas embarrasser Guru Maharaj Ji en le lui disant, mais je pensais vraiment que lui parler de cette situation était le moyen ultime de rétablir la justice. Je l'aimais et lui faisais totalement confiance, mais il n'était pas accessible au premie moyen.

Je connaissais assez bien Randy Prouty, depuis l'époque où il avait été coordinateur de la communauté de Miami en 1975. Je l'estimais beaucoup, et il pouvait communiquer directement avec vous. Je me disais qu'en parler à Randy serait la meilleure façon de vous le faire savoir. Donc, quand Randy est venu à Miami en 1977, je lui ai raconté ce qui s'était passé (coupé aussi pour respecter l'anonymat de cette personne, mais cette partie de la lettre montre très clairement que j'ai dit à Randy que j'avais connaissance d'autres victimes et de faits encore pires que ce qui m'était arrivé). Randy m'a dit "Tu as eu raison de me parler de ca", et qu'il vous le rapporterait. J'avais confiance en Randy, et en Guru Maharaj Ji. Je pensais avoir fait la bonne chose. J'étais très consciente du fait que si Jagdeo avait fait cela à beaucoup d'enfants pendant les deux années qu'il avait passées à Miami, il était très vraisemblable qu'il le faisait où qu'il aille à beaucoup d'autres enfants. Et je pensais aussi qu'en le disant à Randy, je vous donnais les informations nécessaires pour l'arrêter.

J'ai constaté plus tard que Jagdeo semblait toujours voyager comme initiateur. Je l'ai même vu à l'entrée d'un tunnel de darshan. C'était très dérangeant de voir un violeur d'enfants en train d'accueillir les personnes qui entraient. J'espérais que vous aviez peut-être un gardien pour le surveiller. Et alors, quelques années plus tard, quand je pensais à ce que je voyais, Jagdeo à l'entrée du tunnel de darshan, Jagdeo aux festivals, l'idée qu'il pouvait avoir un garde 24h sur 24 me semblait ridicule. Je me suis dit que peut-être Randy ne vous en avait jamais parlé comme il avait dit qu'il le ferait. Peut-être qu'il avait minimisé le sérieux de cette affaire. Un jour, je regardais une émission à la télévision où il était question d'abus sexuels commis sur les enfants, et de pédophilie. Ils insistaient bien pour dire que ces gens ne s'améliorent jamais. Alors bien sûr j'ai repensé à Jagdeo.

A ce moment, j'ai décidé d'aller à nouveau raconter mon histoire. Je connaissais Judy Osborne par l'intermédiaire d'amis premies. J'étais très impliquée dans l'enseignement des techniques d'accouchement naturelles, et je savais que Judy était la sage-femme de Marolyn. Je me suis dit qu'une femme peut-être, en plus sage-femme, comprendrait à quel point cette affaire était sérieuse. Je ne me souviens plus si je l'ai appelée au téléphone, ou si je lui ai écrit, mais je lui ai fait parvenir un message lui demandant de me rappeler. Elle l'a fait, et je lui ai raconté toute l'histoire. J'insiste pour dire que je ne lui ai absolument pas mentionné que j'avais déjà parlé de Jagdeo à Randy, ni à qui que ce soit auparavant. Je l'ai fait parce que je voulais que l'affaire vous soit à nouveau présentée. Je me disais qu'avec toute la publicité faite à propos des pédophiles, le sérieux de cette situation serait reconnu. Judy était très respectueuse et attentionnée. J'ai senti qu'elle comprenait qu'il s'agissait de quelque chose d'important. Elle m'a rappelé environ une semaine plus tard pour me dire qu'elle vous en avait parlé, que vous aviez dit que vous en aviez déjà entendu parler, et que vous étiez content "qu'il ne s'agisse pas de faits nouveaux".

Ce que ca m'a fait ? D'une part je me suis sentie coupable de ne pas avoir fait confiance à Randy. Il était évident que Randy vous avait bien rapporté mon histoire. J'ai dit à Judy, "Oui, j'en ai parlé à Randy il y a des années lorsque les faits se sont produits, mais je pensais qu'il ne le lui avait pas dit, puisqu'il me semblait que rien n'avait été fait." Judy semblait un peu ennuyée que je ne lui aie pas dit que j'en avais déjà parlé à Randy. Elle a dit, "Randy est quelqu'un de bon, bien sûr qu'il l'aurait dit à Maharaj Ji". J'ai senti que ca m'échappait. Je ne sais pas si j'avais envisagé d'aller le dire à la police à cette époque. A cette époque j'avais deux petits enfants, pas de revenus personnels, et un mari qui travaillait pour DECA. Je n'arrivais toujours pas à comprendre pourquoi vous ne faisiez rien pour Jagdeo, à part vous protéger. Franchement, je ne comprends toujours pas.

Plus de dis ans plus tard, je me suis remariée, et je vis heureuse en Californie. Je n'ai pas eu grand chose à voir avec vous ou les premies pendant des années. Mais quand je suis arrivée sur Internet, j'ai découvert les merveilles des moteurs de recherche, et je me suis dite "hmmm... voyons ce qui est arrivé au gourou..." et j'ai trouvé "Ex premie org". Lorsque j'ai parlé de ce qui m'était arrivé avec Jagdeo, je me suis rapidement trouvée en relation avec une autre victime, Abi. Abi vivait en Grande-Bretagne, et elle y a été molestée par Jagdeo, d'une manière bien pire que moi. Mes pires craintes à son propos étaient avérées; je pensais qu'il avait du violer des enfants sur toute la planète, maintenant je le savais. C'était très dérangeant pour moi.

Etant donné tout ce qui s'est passé, je suis sure que vous pouvez comprendre pourquoi je me suis sentie insultée par les affirmations qui sont faites sur votre site, lorsque vous dites que vous avez contacté les deux victimes, et qu'elles refusent de vous parler. Pire encore, les lettres insultantes de Glen Whitaker nient que j'ai déjà rapporté les faits, alors que je l'ai fait par deux fois.

Alors pourquoi donc vous écrire maintenant ? Franchement, je doute gravement que cette lettre change quoi que ce soit. Mais je suis vraiment très soucieuse du fait que où que soit Jagdeo, des enfants sont en danger. Je voudrais que le nécessaire soit fait, et je n'ai aucune confiance dans votre organisation. Franchement, je n'ai pas non plus confiance en vous. J'ai beaucoup d'amertume; d'une part à propos de l'affaire Jagdeo et la manière dont elle a été traitée au fil des années, et au sujet des années passées à vous aduler. Mr Dettmers, en qui j'ai trouvé un homme très honorable, déclare que la façon dont l'affaire Jagdeo a été traitée est très peu caractéristique de votre réponse à des événements d'inconduite sexuelle similaires chez les Mahatmas. Même en tant que "premie", j'ai entendu parler d'affaires qui corroborent ce que dit Mr Dettmers. Et s'il y a une possibilité pour que ce nouveau rapport mène à une réaction qui me permette cette fois-ci de mettre fin à cette affaire, j'en serais très heureuse.

J'apprécierais que vous accusiez réception de cette lettre, et que vous reconnaissiez l'avoir lue. A cause de ma circonspection et du manque de confiance que j'ai toujours eue en votre organisation, j'hésite à vous inviter vous ou votre représentant à me contacter directement. Je préférerais que vous me fassiez parvenir votre réponse par l'intermédiaire de Mr Dettmers. Si vous aviez la moindre question à me poser sur cette affaire, et à laquelle je pourrais répondre, je me mettrais certainement à votre disposition pour y répondre. Mais dans ce cas, il serait vraiment nécessaire que je me protège de toute nouvelle éventualité d'incapacité pour votre organisation à se souvenir de ce que je rapporte.

Sincèrement,

Susan Haupt


Présentation de la lettre précédente par Michael

Le 25 Juillet 2000

Cher Maharaji,

Je t'écris parce que je pense que tu aimerais être informé de l'affaire qui est amplement expliquée dans la lettre en annexe de Susan Haupt. Elle a été poussée à t'écrire à la suite d'une affirmation récente sur le site d'Elan Vital, dans le chapitre "FAQ". Plus précisément, elle t'écrit à propos de la réponse d'Elan Vital à la question, "Est ce que Elan Vital a couvert un comportement présumé abusif dans le passé ?". Elle a, très justement à mon avis, dénoncé la réponse d'Elan Vital à cette question de principe, et souhaite faire un effort final pour clarifier une allégation très sérieuse qu'elle a faite à plusieurs reprises, au sujet du comportement abusif de Jagdéo.

Elle est qualifiée pour le faire, parce qu'elle a été une adolescente victime d'abus sexuel de sa part. Maharaji, je ne connaissais pas Susan à l'époque où les faits se sont produits, mais je me suis rendu compte qu'il s'agit d'une personne sincère et intègre. Je suis certain qu'elle dit la vérité. Sa seule motivation pour porter cette situation à ton attention, c'est de te fournir les informations nécessaires pour que tu puisses prendre en considération cette allégation, et prendre les mesures appropriées. J'ai assuré Susan que d'après mon expérience personnelle, que lorsque Maharaji était au courant d'un comportement sexuel abusif de la part de n'importe lequel de ses instructeurs, il entreprenait immédiatement une action disciplinaire.

Je n'arrive donc pas à m'expliquer pourquoi ses efforts précédents pour t'informer de cette situation ont échoué. Je suis rendu perplexe par la réponse officielle d'Elan Vital à cette affaire. Néanmoins, comme Elan Vital a choisi de traiter le problème, je n'ai pas de scrupule à porter cette affaire à ton attention personnelle. Je suis certain que tu feras le nécessaire pour assurer une suite à cette affaire.

Sincèrement, Michael Dettmers .

Michael Dettmers



Une semaine après que la lettre ait été envoyée, Michael a reçu le fax suivant de Marcia Leitner. (voici une copie scannée de l'original de la lettre de Marcia Leitner).

Fax de Marcia Leitner,

Le 2 Août 2000

Cher Monsieur Dettmers :

Votre lettre à Maharaji du 25 juillet 2000 ainsi que la lettre jointe de Susan Haupt ont été transmises au comité de direction d'Elan Vital. Je suis membre du comité de direction d'Elan Vital et travaille aussi pour Elan Vital dans les ressources humaines. Elan Vital m'a demandé de considérer les problèmes soulevés dans la lettre de Susan. Je vous contacterai la semaine prochaine pour discuter de cette affaire avec vous. Votre assistance est hautement appréciée.

Sincèrement,

Marcia Leitner



Appel téléphonique de Marcia Leitner à Michael Dettmers

Lorsque Michael a parlé avec Mme Leitner, elle a été professionnelle et amicale. Mais certains de ses propos m'ont énormément perturbée, bien que je m'y attendais. Elle a affirmé que Randy Prouty et Judy Osborne ne se souvenaient pas des conversations dont je parlais dans ma lettre. Elle a affirmé que Rawat n'avait rien su de cette histoire. Elle ajouta que ma lettre était la première plainte officielle qu'Elan Vital avait reçue d'une des victimes présumées de Jagdéo.

Ils avaient entendu parler de ces allégations l'année passée "de deux sources différentes mais pas directement des victimes présumées", d'où la réponse officielle sur leur site Internet. Elle voulait que Michael m'assure que Maharaji et Elan Vital ne pardonnaient pas le comportement que j'ai relaté. Elle affirma clairement que Jagdéo ne sert plus d'aucune manière Elan Vital dans le monde aujourd'hui, qu'il a actuellement plus de 70 ans, que sa santé n'est pas très bonne, et qu'il habite dans un village du Bihar, en Inde. Finalement, elle voulait savoir si j'aimerais parler avec elle, et dans ce cas, Michael ferait les arrangements. Au départ j'ai pensé rencontrer Marcia, mais finalement j'ai décidé de ne pas le faire. Je ne pensais pas gagner quoi que ce soit à la rencontrer, ni à rencontrer toute autre personne d'EV, sinon la satisfaction qu'ils ont réalisé la crédibilité de mes propos. J'ai cependant accepté de les rencontrer pour répondre à leurs questions, s'ils en ont Mais que cette rencontre devrait avoir lieu avec un témoin, pour la raison évidente qu'aucun ne se souvenait des fois où j'ai déjà rapporté ce que je savais de Jagdéo par le passé.


La lettre qu'Elan Vital m'a adressée

Le 31 Août 2000

Chère Susan,

Ta lettre à Maharaji du 9 juillet, 2000 a été transmise au comité de direction d'Elan Vital pour y répondre. Merci de porter l'affaire concernant l'affaire Jagdéo à notre attention. Le type de comportement que vous décrivez dans votre lettre est tout à fait inacceptable pour Elan Vital et ne sera pas toléré. Je comprends que Michael Dettmers t'as mis au courant du fait que Jagdéo n'est plus associé d'aucune manière aux organisations d'Elan Vital dans le monde. Comme instructeur, il n'a plus effectué aucun travail aux Etats unis depuis les années 80. Il est maintenant à la retraite, et il vit dans un village en Inde. Merci encore de porter cette affaire à notre attention. Si je peux t'offrir de l'aide, n'hésite pas à me contacter.

Sincèrement, Marcia Leitner,
Comité de direction d'Elan Vital

Comme certains de vous l'ont déjà remarqué, Elan Vital a depuis retiré cette "FAQ" injurieuse de son site Internet. Qu'est-ce que je ressens ? Je suis fâchée que les comptes-rendus que j'ai faits dans le passé ont été "oubliés". Je crois toujours que Rawat était au courant en 1977 et au début des années 80. Je pense qu'il a décidé de ne pas s'en souvenir. Je ne sais pas combien de personnes ont été impliquées dans la décision que "ne pas se rappeler" était la meilleure chose. Mais je suis contente que, bien que la FAQ ait été retirée, ce rapport a fini par été reconnu sans y ajouter des insultes gratuites. Bien sûr, il y a beaucoup plus à dire que ce qu'ils ont dit, mais la plus grande partie de ce qu'ils diraient les exposeraient à des responsabilités. Les termes de leur réponse ont été choisis avec soins. Merci à tous les ex-premies sur le web ; ils m'ont soutenue lorsque la FAQ a été publiée. Il y a tellement de gens biens qui écrivent sur ce site. Comme Abi me l'a dit une fois, c'est nous qui avons gagné, parce que nous nous sommes rendus compte que nous étions dans une secte, et que nous en sommes sortis.

Susan Haupt



L'Affaire Jagdeo - Page Principale
Des victimes Racontent
Correspondance avec Elan Vital


Haut de Page & Principaux Liens du Site